lundi, mars 26, 2007

Eros (3)

J'aurai peut-être dû laisser un espace entre le nom de Blutch et mon dessin...
Mais mon but est surtout de marquer mon admiration pour cet ouvrage, bien plus profond et singulier que la virtuosité du dessin, c'est tout simplement envoûtant.

C’est un de mes livres de chevet en ce moment avec prestige de l’uniforme de Hugues Micol.

2 commentaires:

mathieu a dit…

Ah?? moi j'ai pas trop accroché, mais c'est surement parce que je suis une sorte de gros con.

TCHEK!

Richerand Lionel a dit…

La volupté n'est pas un test d'intelligence...

En tout cas pour moi, j'ai eu une sensation de lâcher prise, de glissement de sens à la lecture...
En suivant ce qu'il semble être une association libre : C'est la liberté de Blutch qui est jouissive.
Il y a un bonheur du dessin et de la forme qui est dans la continuité de son travail sur la série MITCHUM.

J'ai eu la sensation de passer d'une étrangeté à une autre, récit fragmenté découpé entre onirisme et réalisme,les fragments s'agglomèrent et font sens par écho et chevauchement.

Je trouve ce livre passionnant, parce que je ne cesse d'y découvrir des références pas tant cachées que cela: Viviane ressemble à Brigitte Lahaie, Le président à Pierre Mauroy. Après je projette peut être à mort, mais j'aime bien cette liberté de lecture.

c'est un livre flottant est je comprend que l'on n'y soit pas sensible, mais voilà à chacun ses plaisirs !

mon point de vue n'est pas parole d'évangile Mathieu !